Cisaillement du vent zonal

Fondamental

Une analyse révèle que le courant-jet subpolaire moyen annuel dans le secteur de l'Atlantique Nord est devenu 15% plus cisaillé depuis que les satellites ont commencé à l'observer à la fin des années 1970. Le cisaillement le plus fort est quantitativement cohérent avec la réponse du vent thermique à l'évolution du gradient de température.

Ainsi, la forme verticale des courants-jets subpolaires est modifiée par le changement climatique d'une manière non triviale. Les profils verticaux affichent un cisaillement plus faible dans la basse troposphère, mais cisaillement plus fort plus haut. Ces changements ont d'abord été projetés par des études de modèles climatiques, mais sont désormais clairement visibles dans les données d'observation historiques. Les changements sont également cohérents avec notre compréhension dynamique de l'atmosphère à grande échelle, en termes de vent thermique équilibre.

Les changements prévus dans les vents zonaux affecteront également le nombre d'onde des ondes stationnaires. Les modèles actuels prévoient une diminution du nombre d'onde stationnaire dans la haute troposphère, ce qui entraîne un allongement de la longueur d'onde des ondes stationnaires et un ralentissement de la progression vers l'est.

Cela peut avoir des conséquences importantes sur la température et les précipitations dans les régions extratropicales, avec des prévisions d'augmentation des précipitations dans certaines régions et des diminutions dans d'autres.

ComplémentBibliographie

  • Climate change, Chapitre 5 : The jet stream and climate change

    Martin Stendel, Jennifer Francis, Rachel White,Paul D. Williams, Tim Woollings ; https://doi.org/10.1016/B978-0-12-821575-3.00015-3

    © 2021 Elsevier B.V. All rights reserved.